Sécurité Prévention

Inondations

La Police Municipale est associée à l’élaboration du Plan Communal de Sauvegarde (PCS). Le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) est distribué depuis 2003, il concerne l’inondation, le transport des matières dangereuses, la tempête, chute de neige et grand froid. Il est disponible à la Mairie.
Vous pouvez également le télécharger (PDF)

Pour vous informer sur le risque de crues des principaux cours d’eau en France, rendez-vous sur :
www.vigicrues.gouv.fr

Quelques conseils concernant les inondations

Les inondations de 2016 nous ont rappelé notre vulnérabilité face à Dame Nature.
Nous vous donnerons donc quelques conseils de prévention…

Les assurances

Pour commencer, êtes-vous bien assurés ?

Que faut-il faire ?

Etablir un diagnostic préalable de vos contrats d’assurance Habitation, Automobile et Protection de la personne.

Pour l’habitation

La garantie catastrophes naturelles (état constaté dans la commune par un arrêté ministériel) prévoit la prise en charge des dommages matériels causés aux biens assurés et à eux seuls !
Ne sont garantis que les dommages directs. Les frais de relogement ou de déménagement des meubles constituent des dommages indirects, donc non couverts par la garantie. Votre contrat doit prévoir une garantie “Force de la nature” ou encore “Inondation” assortie de la garantie Pertes et frais divers qui joue, même en l’absence d’arrêté ministériel.
À vérifier avec votre assureur : le montant du capital mobilier (ex : pour 5 pièces, comptez au moins 50 à 60 000 €), la garantie Rééquipement à neuf (fortement conseillée !) et enfin, que votre déclaration est toujours conforme au contrat, Idéalement, demandez à votre assureur de visiter votre maison !

Automobile

Si votre véhicule n’est assuré qu’en “Responsabilité civile” (assurance dite au tiers simple), vous ne serez pas indemnisé, le contrat doit prévoir la garantie Catastrophes Naturelles,
Conseil : optez pour le “Tiers, Incendie, Vol et Catastrophes Naturelles” de surcroît, à peine plus cher !

Responsabilité civile/Assurance de personne

Seules, les assurances de Personnes décès, Accidents de la vie ou Prévoyance vous couvrent lors d’une catastrophe naturelle ou d’un attentat. A ne pas confondre avec la Responsabilité civile qui ne couvre que les dommages que vous causez aux autres.

IMPORTANT

Lorsque des personnes bénévoles vous aident pendant ou après l’inondation, vous êtes considérés juridiquement comme leur employeur. A l’inverse, si vous souhaitez aider bénévolement, sachez que vous n’êtes couvert, en cas d’accident, que si vous avez une garantie “Accident de la vie” (ou clauses particulières dans les contrats ci-dessus).

Réduire les dommages matériels de votre habitation

Si votre habitation se trouve dans une zone menacée par la crue :

  • vérifiez que votre police d’assurance couvre le risque d’inondation.
  • anticipez les conséquences d’une inondation des sous-sols et du rez-de-chaussée, évitez d’y entreposer tout matériel dangereux ou polluant (aérosols, batteries, pots de peinture, engrais, solvants, etc.) qui peut causer une pollution.
  • vérifiez que vous pouvez monter dans les étages les matériels dangereux ou sensibles (appareils ménagers, mobilier, archives, etc.).
  • en maison individuelle, prévoyez les matériaux nécessaires à la mise hors d’eau des locaux inondables (batardeaux, planches, ciment, etc.) et au nettoyage après la décrue (pompes, jets d’eau sous pression, seaux, etc.). Faites appel à un professionnel pour déplacer les installations sensibles hors d’eau (compteurs électriques, compteur d’eau, etc.).
  • si vous êtes immobilisé ou hospitalisé à domicile, vérifiez avec votre prestataire de service les modalités de continuité de votre prise en charge et signalez-vous auprès de votre mairie.

Préparez le plan familial de mise en sûreté, plan d’urgence pour vous et vos proches

Discutez avec vos proches de la façon dont vous gèrerez cet évènement hors norme. Réfléchissez à ce que vous devrez faire si vous êtes chez vous ou hors de votre foyer alors qu’un évènement survient. Vous pourriez notamment identifier un point de regroupement proche de votre domicile si les télécommunications ou les transports étaient perturbés.
Quoi qu’il arrive, si vous n’avez pas de moyens d’hébergement en cas d’inondation de votre logement, adressez-vous dès maintenant à votre mairie.

En cas de crue, que ferez-vous ?

Vous devrez vous poser certaines questions avant d’être confronté(e) un jour à une situation qui vous obligera à décider dans l’urgence !

  • Partir ?
    Resterez-vous sur place et accepterez-vous de vivre dans des conditions de vie dégradées pendant plusieurs jours ? Pourrez-vous partir hors de votre commune ? Chez qui ? Comment ?
  • Rester ?
    Devrez-vous rester pour assurer votre activité professionnelle ? Pourrez-vous être hébergé(e) chez des proches vivant en dehors de la zone à risque ? Vous engagerez-vous dans une action d’aide et de soutien à la gestion de crise ?

Préparez votre kit de secours

En situation d’urgence, vous aurez besoin de certains produits de base. Vous n’aurez peut-être plus d’électricité ni d’eau courante. Soyez donc prêt à être autonome pendant au moins 3 jours.
Votre kit doit être facilement accessible et transportable (sac à dos, valise à roulettes…).

Il doit pourvoir contenir :

  • de l’eau. Au moins 3 litres par personne ;
  • des aliments non périssables (conserves, céréales, liquides en brique, barres énergétiques…) et un réchaud à gaz ;
  • des vêtements chauds, chaussures de rechange et couvertures (1 minimum par personne) ;
  • une lampe de poche à piles (avec des piles de rechange) ou à dynamo ;
  • une radio à piles (avec des piles de rechange) ou à dynamo ;
  • une trousse de premiers soins, du papier toilette et des produits d’hygiène ;
  • vos médicaments avec ordonnances et carnet de santé (vous pouvez demander à votre pharmacien l’ouverture d’un dossier pharmaceutique : cela pourra être utile si vous n’avez pas votre « trousse médicale » en cas d’évacuation immédiate) ;
  • vos papiers personnels (carte nationale d’identité, passeport, carte vitale, permis de conduire, documents financiers, polices d’assurances…) et leurs photocopies, de l’argent liquide, carte bancaire et des doubles de vos clés (voiture et maison) ;
  • de quoi signaler votre présence (bâton fumigènes, peinture sur le toit…), surtout si vous avez, avec vous, des personnes qui nécessitent une évacuation sanitaire ;
  • un téléphone portable chargé (privilégiez les sms aux appels vocaux. Pensez également à utiliser les réseaux sociaux pour indiquer votre situation et signaler que vous allez bien à vos proches afin de ne pas saturer les réseaux téléphoniques qui permettront de traiter les véritables urgences) ;
  • couteau de poche multifonction/ouvre boîte ;
  • bougies et allumettes ou briquet.

Pensez également à :

  • sac de couchage ;
  • des jeux divers : cartes, dominos, dés… Si la situation devait durer, cela permettrait de faire passer le temps plus vite.

Les conseils en cas d’inondation

Les assurances

Etes-vous bien assurés ?

Que faut-il faire ?

Etablir un diagnostic préalable de vos contrats d’assurance Habitation, Automobile et Protection de la personne.

Pour l’habitation

La garantie catastrophes naturelles (état constaté dans la commune par un arrêté ministériel) prévoit la prise en charge des dommages matériels causés aux biens assurés et à eux seuls !
Ne sont garantis que les dommages directs. Les frais de relogement ou de déménagement des meubles constituent des dommages indirects, donc non couverts par la garantie. Votre contrat doit prévoir une garantie “Force de la nature” ou encore “Inondation” assortie de la garantie Pertes et frais divers qui joue, même en l’absence d’arrêté ministériel.
A vérifier avec votre assureur : le montant du capital mobilier (ex : pour 5 pièces, comptez au moins 50 à 60 000 €), la garantie Rééquipement à neuf (fortement conseillée !) et enfin, que votre déclaration est toujours conforme au contrat, Idéalement, demandez à votre assureur de visiter votre maison !

Automobile

Si votre véhicule n’est assuré qu’en “Responsabilité civile” (assurance dite au tiers simple), vous ne serez pas indemnisé, le contrat doit prévoir la garantie Catastrophes Naturelles,
Conseil : Optez pour le “Tiers, Incendie, Vol et Catastrophes Naturelles” de surcroît, à peine plus cher !

Responsabilité civile/Assurance de personne

Seules, les assurances de Personnes décès, Accidents de la vie ou Prévoyance vous couvrent lors d’une catastrophe naturelle ou d’un attentat. A ne pas confondre avec la Responsabilité civile qui ne couvre que les dommages que vous causez aux autres.

IMPORTANT

Lorsque des personnes bénévoles vous aident pendant ou après l’inondation, vous êtes considérés juridiquement comme leur employeur. A l’inverse, si vous souhaitez aider bénévolement, sachez que vous n’êtes couvert, en cas d’accident, que si vous avez une garantie “Accident de la vie” (ou clauses particulières dans les contrats ci-dessus).
Nous reviendrons sur le sujet
mais en attendant,… faites le point !

Réduire les dommages matériels de votre habitation

Si votre habitation se trouve dans une zone menacée par la crue :

  • Vérifiez que votre police d’assurance couvre le risque d’inondation.
  • Anticipez les conséquences d’une inondation des sous-sols et du rez-de-chaussée,
    – évitez d’y entreposer tout matériel dangereux ou polluant (aérosols, batteries, pots de peinture, engrais, solvants, etc.) qui peut causer une pollution.
    – Vérifiez que vous pouvez monter dans les étages les matériels dangereux ou sensibles (appareils ménagers, mobilier, archives, etc.).
    – En maison individuelle, prévoyez les matériaux nécessaires à la mise hors d’eau des locaux inondables (batardeaux, planches, ciment, etc.) et au nettoyage après la décrue (pompes, jets d’eau sous pression, seaux, etc.). Faites appel à un professionnel pour déplacer les installations sensibles hors d’eau (compteurs électriques, compteur d’eau, etc.).
  • Si vous êtes immobilisé ou hospitalisé à domicile, vérifiez avec votre prestataire de service les modalités de continuité de votre prise en charge et signalez-vous auprès de votre mairie.

Préparez le plan familial de mise en sûreté, plan d’urgence pour vous et vos proches.
Discutez avec vos proches de la façon dont vous gèrerez cet évènement hors norme. Réfléchissez à ce que vous devrez faire si vous êtes chez vous ou hors de votre foyer alors qu’un évènement survient. Vous pourriez notamment identifier un point de regroupement proche de votre domicile si les télécommunications ou les transports étaient perturbés.
Quoi qu’il arrive, si vous n’avez pas de moyens d’hébergement en cas d’inondation de votre logement, adressez-vous dès maintenant à votre mairie.

En cas de crue, que ferez-vous ?
Vous devrez vous poser certaines questions avant d’être confronté(e) un jour à une situation qui vous obligera à décider dans l’urgence !

PARTIR ?

Resterez-vous sur place et accepterez-vous de vivre dans des conditions de vie dégradées pendant plusieurs jours ? Pourrez-vous partir hors de votre commune ? Chez qui ? Comment ?

RESTER ?

Devrez-vous rester pour assurer votre activité professionnelle ? Pourrez-vous être hébergé(e) chez des proches vivant en dehors de la zone à risque ? Vous engagerez-vous dans une action d’aide et de soutien à la gestion de crise ?

Préparez votre kit de secours

En situation d’urgence, vous aurez besoin de certains produits de base. Vous n’aurez peut-être plus d’électricité ni d’eau courante. Soyez donc prêt à être autonome pendant au moins 3 jours.

Votre kit doit être facilement accessible et transportable (sac à dos, valise à roulettes…). Il doit pourvoir contenir :

  • de l’eau. Au moins 3 litres par personne ;
  • des aliments non périssables (conserves, céréales, liquides en brique, barres énergétiques…) et un réchaud à gaz ;
  • des vêtements chauds, chaussures de rechange et couvertures (1 minimum par personne) ;
  • une lampe de poche à piles (avec des piles de rechange) ou à dynamo ;
  • une radio à piles (avec des piles de rechange) ou à dynamo ;
  • une trousse de premiers soins, du papier toilette et des produits d’hygiène ;
  • vos médicaments avec ordonnances et carnet de santé (vous pouvez demander à votre pharmacien l’ouverture d’un dossier pharmaceutique : cela pourra être utile si vous n’avez pas votre « trousse médicale » en cas d’évacuation immédiate) ;
  • vos papiers personnels (carte nationale d’identité, passeport, carte vitale, permis de conduire, documents financiers, polices d’assurances…) et leurs photocopies, de l’argent liquide, carte bancaire et des doubles de vos clés (voiture et maison) ;
  • de quoi signaler votre présence (bâton fumigènes, peinture sur le toit…), surtout si vous avez, avec vous, des personnes qui nécessitent une évacuation sanitaire ;
  • un téléphone portable chargé (privilégiez les sms aux appels vocaux. Pensez également à utiliser les réseaux sociaux pour indiquer votre situation et signaler que vous allez bien à vos proches afin de ne pas saturer les réseaux téléphoniques qui permettront de traiter les véritables urgences) ;
  • couteau de poche multifonction/ouvre boîte ;
  • bougies et allumettes ou briquet.

Pensez également à :

  • sac de couchage ;
  • des jeux divers : cartes, dominos, dés… Si la situation devait durer, cela permettrait de faire passer le temps plus vite.

Si vous avez une zone hors d’eau

Si vous disposez d’une zone hors d’eau, il serait intéressant de l’aménager dès à présent.

  • Prévoyez un espace accessible de l’intérieur et de l’extérieur du logement quand il y a de l’eau. Celui-ci doit être suffisamment grand et équipé pour vous abriter plusieurs heures, voire plusieurs jours en cas d’extrême difficulté à évacuer.
  • Prévoyez des ouvertures vers l’extérieur suffisamment grandes et aisément accessibles (par exemple : fenêtre de toit, lucarne, balcon) pour une évacuation facile et permettant de signaler votre éventuelle présence aux secours. Attention ! Vous seriez autant en péril dans un abri à l’étage avec des ouvertures inaccessibles ou trop petites qu’en restant au rez-de-chaussée de votre habitation.
  • Prenez note des objets indispensables à la survie et/ou à un minimum de confort (voir liste du C’Pryvé n°52). Vous en aurez besoin si vous n’avez pas pu évacuer à temps et que vous êtes dans l’attente éventuelle de secours.
  • Vous pouvez d’ores et déjà rassembler tout ou partie de ces objets dans votre zone hors d’eau. Pensez à renouveler régulièrement ce qui est à durée de vie limitée (aliments, piles…).

Concernant l’accès extérieur

  • Scellez un anneau d’amarrage pour les barques de secours à l’extérieur de votre habitation, au-dessus du niveau des plus hautes eaux connues et près de ou des ouvertures d’évacuation.
    La zone hors d’eau peut-elle servir de zone de retour rapide au logement ?
    La zone de retour rapide au logement correspond à une zone hors d’eau qui doit disposer d’éléments permettant d’y vivre jusqu’à plusieurs mois, le temps de la remise en état du logement inondé. Elle vous offre notamment l’avantage de rester présent à votre domicile malgré les travaux de réhabilitation.
  • Une surface habitable suffisante pour loger avec un minimum de confort toutes les personnes du foyer en pensant que certains mobiliers et affaires de la partie inondable auront peut-être été disposés dans la zone hors d’eau.
  • L’électricité et le chauffage doivent être opérationnels après l’inondation.
  • Des sanitaires accessibles et opérationnels.
  • De préférence, un coin cuisine minimal avec ventilation autonome, l’eau courante, l’évacuation des eaux usées et la possibilité de cuire ou au moins chauffer les aliments.
X