Constructions sur sols argileux

Les risques naturels

Dans de nombreuses communes du Département, dont Saint-Pryvé Saint-Mesmin, il a été constaté que les périodes de sécheresse ont des incidences sur les sous-sols argileux. En effet, en fonction des conditions météorologiques, les sols argileux superficiels peuvent varier de volume suite à une modification de leur teneur en eau : retrait en période de sécheresse, puis gonflement au retour des pluies. Ce phénomène de retrait-gonflement provoque des tassements différentiels qui se manifestent par des désordres, certes lents donc a priori non dangereux pour l’homme, mais parfois très importants, affectant principalement les constructions d’habitation individuelle. Ce phénomène a été mis en évidence lors de l’épisode de sécheresse de l’année 2003. Les mouvements de terrains peuvent également être liés à la présence de cavités souterraines et avoir des conséquences sur les ouvrages en surface. Afin d’établir un constat scientifique objectif et de disposer de documents de référence permettant une information préventive, la Direction Départementale de l’Equipement a confié au bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) la réalisation d’études retraçant les zones à risques concernées par la présence de cavités souterraines et par l’aléa retrait-gonflement des sols.

Cavités souterraines

(voir carte)

La cartographie mentionne les cavités souterraines d’origine naturelle ou humaine et les indices connus à ce jour sur le territoire communal. Cet inventaire non exhaustif reste du niveau informatif et peut être utile pour signaler la présence de cavités à toute personne souhaitant réaliser un projet d’urbanisme.

Aléa Retrait-Gonglement

Le Loiret s’inscrit parmi les 10 Départements Français les plus exposés à l’aléa retrait-gonflement des sols argileux. Lors de la réalisation d’un projet de construction, il est important de prendre en compte ce risque et respecter certaines règles constructives préventives. (par exemple, profondeurs des fondations, chaînages verticaux et horizontaux). Des mesures sur le bâti existant peuvent aussi être appliquées (par exemple : respect d’une distance minimale entre construction et arbres ou mise en place d’un écran anti-racines ou de joints souples sur les canalisations). Afin de connaître avec certitude la nature du terrain et adapter au mieux les caractéristiques de la construction aux contraintes géologiques locales, il est recommandé, pour chacun de ces risques naturels, de faire procéder à une étude géotechnique par un bureau d’études spécialisé. Plus d’informations : www.argiles.fr

Vous pouvez télécharger les documents ci-dessous (format PDF)