Historique de la ville

La ville et la paroisse de Saint-Pryvé Saint-Mesmin tirent leurs origines de deux saints de l'époque Mérovingienne : Saint-Privat (ou Saint-Pryvé) et Saint-Maximin (ou Saint-Mesmin).

Saint Privat, évêque de Mendes, mourut en 257. C'est en 632 que le roi Dagobert fit transférer ses cendres à Saint-Denis, près de Paris.

Saint-Maximin était le neveu de St-Euspice, grand ami de Clovis, dont il reçut vers 508 le domaine de Micy afin d'y établir un monastère. A la mort d'Euspice, son neveu Maximin lui succéda et resta à la tête du monastère de Micy jusqu'à 520.

On pense que c'est lors du transfert des reliques de Saint-Privat à Saint-Denis, qu'une étape eut lieu à Micy et que les deux noms furent réunis.

A l'époque, le hameau où était érigée l'abbaye de Micy portait le nom de Saint-Nicolas, qu'il porte encore aujourd'hui. Le rattachement à la paroisse de Saint-Pryvé fut décidé par Napoléon, le 1er septembre 1805. A cette époque, l'église de Saint-Pryvé se trouvait dans le Vieux Bourg, près du four à briques. C'est en 1865 que l'église actuelle la remplaça.

A partir de 1822

Nous savons par le registre des chemins vicinaux qu'en 1822 il y avait encore deux mairies distinctes : une à Saint-Nicolas St-Mesmin et l'autre à St-Pryvé. Ces deux mairies étaient vraisemblablement au milieu des deux bourgs correspondants. Le même registre nous apprend qu'en 1825 il n'y a plus qu'un seul maire et une seule mairie pour les deux communes administrativement réunies. A-t-on choisi de garder l'une des deux ou d'en ouvrir une troisième plus centrale par rapport aux nouvelles limites territoriales ?

En 1843, la mairie et l'école des garçons se trouvaient rue des Sablons et l'école des filles tenue par des religieuses était située au Vieux Bourg, à proximité immédiate de l'église.

Nous savons enfin qu'en 1858, le Conseil Municipal estime que le bâtiment abritant la mairie et l'école est tellement vétuste qu'il est nécessaire de les reconstruire.

La reconstruction de l'ancienne mairie

C'est le 17 mai 1858 que le Conseil Municipal, après l'inondation de 1856, projette la reconstruction de la mairie et de l'école. Le 7 septembre 1909, c'est chose faite. Une nouvelle mairie est construite, toujours avec l'école des garçons, à laquelle s'ajoute une classe maternelle (due à une surcharge d'enfants).

Saint-Pryvé Saint-Mesmin connut naturellement des périodes de troubles, marquées par des événements spectaculaires; en voici quelques-uns :

  • 1832 : épidémie de choléra
  • 1846 : Inondations
  • 1856 : Inondations
  • 1866 : Inondations

Le niveau atteint par l'eau au cours de ces trois inondations est encore visible sur nombre de maisons au nord de la route de Saint-Mesmin.

  • 1870 : Occupation prussienne
  • 1907 : Inondations
  • 1944 : Libération de Saint-Pryvé, après la mort des résistants Claude Joliot, Albert Plouin, André Butot et Louis Thomas, fin août 1944