L'affaire de la rue de Lourcine

Théâtre

L’affaire de la rue de Lourcine

La compagnie Matulu présente cette pièce écrite par Eugène Labiche.
Mise en scène de Mathieu Jouanneau et Benjamin Cheminat.

Avec Loredana Flori, Benjamin Cheminat, Mathieu Jouanneau et Hugo Zermati.


 

Résumé de la pièce

Oscar Lenglumé se réveille, sévèrement éméché et trouve un étranger dans son lit...

Tout ce qu'il sait, c'est qu'il ne se souvient plus de rien et ne connaît pas cet homme. Les deux compères ont les mains pleines de charbon alors que le journal annonce qu'une jeune charbonnière a été retrouvée horriblement mutilée la veille au soir.

Commence alors une série de quiproquos qui vont plonger les deux hommes dans des situations inextricables. Une journée interminable et déjantée durant laquelle Lenglumé devra tout faire pour s'en sortir. Innocent... ou pas !


Le « Very Bad Trip » du 19e siècle !

"Une comédie pleine de rire, de jeux, de folie, et... d'alcool !"

 

Samedi 31 mars 2018 à 20h30

A la salle des fêtes,

19-23 rue de la Salle des Fêtes

45750 St-Pryvé St-Mesmin

 

Réservations conseillées : 06 27 64 32 29

Tarif normal : 10€, réduit : 5€ (bénéficiaires des minima sociaux, demandeurs d'emploi, handicapés, étudiants).
Gratuit pour les moins de 12 ans.

Par chèque à l'ordre du trésor public ou espèces. Possibilité de prendre vos billets avant le 31 mars en mairie au service communication.

Ouverture des portes à 20h.

INTERVIEW DE MATHIEU JOUANNEAU, acteur et metteur en scène

Quel est votre parcours ?
J'ai étudié pendant 5 ans le théâtre au Conservatoire d'Orléans. Une fois mon diplôme obtenu, j'ai passé 2 ans au jeune théâtre région Orléans, un bon tremplin professionnel. Puis, j'ai travaillé dans quelques unes des compagnies de la région jusqu'à Matulu où je suis resté ! Cela fait 5 ans maintenant que j'en fais partie.


Pourquoi avoir choisi la compagnie Matulu ?
Ce qui nous réuni, c'est le plaisir du texte et la volonté d'allier musique, chant et théâtre. Cette compagnie m'offre aussi la possibilité d'écrire ce qui est important pour moi car l'écriture permet d'être plus juste dans le jeu d'acteur et les émotions. On s'imprègne plus facilement !


Pourquoi avoir adapté cette pièce ?
La première fois que je l'ai jouée c'était en 2012. Avec Benjamin (Cheminat, acteur et metteur en scène), nous étions enthousiasmés à tel point que nous passions nos week-ends à créer des décors pour cette pièce ! Elle nous faisait penser au Cluedo ou au film "Very Bad Trip". Nous savions que nous pouvions faire quelque chose de bien avec tous ces éléments. A la fois burelesque et grotesque, la pièce permet beaucoup de fantaisie.
Il y a une part d'ombre très prononcée et visible dans les personnages. Cette part d'ombre, elle ne triche pas. C'est ce qui fait notre vérité mais on essaie de la cacher coûte que coûte. Malheureusement, plus on la cache et plus elle est présente... Nous avons voulu l'illustrer dans le décor par des draps où se projettent des ombres. Nous avions essayé de la jouer avec un décor plus "classique" (des murs tapissés, un vrai salon). Mais ça n'illustrait pas suffisamment le propos à mon goût. Les draps symbolisent beaucoup de choses en plus de la part d'ombre, ils peuvent suggérer le rêve ou cauchemard, ajouter une certaine angoisse de par leur côté fantômatique et, plus "basiquement", indiquent que notre héros est dans de beaux draps !!! J'aime travailler sur les symboles car, au-delà du langage, ils parlent à tout le monde !


Combien de représentations de cette pièce avez-vous données ?
Je ne l'ai jouée que 5 ou 6 fois depuis 2012. Jusque là, elle n'était pas prête. La version que nous allons jouer à St-Pryvé est celle que je voulais. Jusqu'ici, nous n'avions pas de régisseur. Le jeu s'en ressentait car vous ne pouvez pas vous concentrer pleinement si vous savez qu'après telle réplique, vous devez appuyer sur tel bouton... Maintenant que nous en avons un, notre jeu sera plus instinctif, plus fluide. Nous pourrons être plus présents.